Agenda des concerts & expositions

en lien avec le site Esprits Nomades

 

 

***************************************************************************

 

bach

 

bach

 

HORAIRES :

17h00 : Répétition publique et unique de l'Ensemble Baroque de Toulouse et du Choeur Baroque de Toulouse.

18h30 : Interprétation de la Cantate avec participation du public pour le choral final.


CANTATES SANS FILET relève le défi de jouer l'intégralité des quelques 200 cantates connues de Bach, à raison d'une par mois. L'unique répétition se déroule devant le public et le choral final est travaillé avec lui, donnant à la représentation qui en découle une intensité particulière. Commencée en janvier 2007, cette aventure a permis d’écouter plus de 50 cantates, a réuni 28 100 spectateurs et devrait encore durer 25 ans…


Lieu : Eglise St-Exupère (allées Jules Guesde, près du Sorano)

ENTREE LIBRE SANS RÉSERVATION ! (dans la limite des places disponibles)

 

Voir: J.S BACH

 

*****************************************************************

 

diaz

diaz

 

voir: Léon Diaz-Roda

*****************************************************************

vishniac

Exposition
Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975
Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015

 

Lieu : Musée d'art et d'histoire du Judaïsme
Salle : Auditorium
Adresse : Hôtel de Saint-Aignan, 71, rue du Temple, 75003 Paris

 

Rassemblant environ 220 œuvres, l’exposition Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 propose une réévaluation de l’intégralité de la production du photographe, depuis ses débuts à Berlin jusqu'à l’après-guerre aux États-Unis. Présentée à New York (à l’international Center of Photography) et à Amsterdam (au Joods Historisch Museum), sous le titre Roman Vishniac Rediscovered, elle révèle plus d’une centaine d’images inédites de ce grand témoin du XXe siècle. Plus qu’aucun autre photographe, Roman Vishniac a profondément influencé notre vision de la vie juive en Europe orientale. On lui doit le recensement photographique le plus emblématique de ce monde à la veille de son anéantissement

L’exposition donne à voir un choix de travaux d’une extrême diversité, grâce aux recherches de Maya Benton dans le vaste fonds des archives Roman Vishniac conservées à l’international Center of Photography.

 

**********************************************************

siskind

 

Aaron Siskind - Une autre réalité photographique

28 novembre 2014 - 22 février 2015

 

Pavillon populaire de Montpellier, esplanade Charles-de-Gaulle, Montpellier (34). Tél.: 04-67-66-13-46. Du mardi au dimanche, de 10 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures. Jusqu’au 22 février 2015

 

siskind


Figure majeure de la photographie américaine, mais trop souvent contournée, Aaron Siskind (1903-1991) voit l’importance de son œuvre se déployer enfin dans une exposition monographique exhaustive, la première depuis plus de 30 ans, constituée de près de 250 tirages originaux, conçue et organisée par le Pavillon Populaire, en collaboration avec les archives Siskind (Center for Creative Photography, Tucson) et la Aaron Siskind Foundation de New York.
 
Commencée à New York dans les années 1930 sous le signe d’un réalisme documentaire rigoureux, jamais délaissée, au sein de la prestigieuse Photo League, elle revêt, à partir de 1943, un formalisme exigeant, aux limites de l’abstraction, sous l’influence des peintres de l’expressionnisme abstrait (Wilhem De Kooning, Franz Kline...), avec qui Siskind partage les mêmes engagements esthétiques. Cette exposition  reconstitue pour la première fois, et dans sa chronologie, le parcours cohérent du photographe-enseignant, attiré tout autant par la photographie vernaculaire architecturale (exemplifiée tout au long de son enseignement à l’Institute of Design de Chicago, fondé par Laszlo Moholy Nagy) que par un expressionnisme sensuel nouveau, où la métaphore et les tensions formelles occupent une place essentielle au sein d’une dramaturgie de l’objet photographié désormais tenu à une place nouvelle, celle de la surface plane du tirage photographique. Beaucoup d’œuvres inédites sont ici présentées.
 
Ce réalisme symbolique, cette poétique puissante, ont engagé Siskind vers l’expérimentation de voies visuelles inexplorées. Il y apparaît comme un photographe à part entière, au-delà de tout pictorialisme, passionné par la confrontation d’univers culturels ou esthétiques multiples. Son relevé de signes, de configurations graphiques inattendues et complexes, sa passion pour l’anthropologie urbaine et pour les forces universelles de l’inconscient ouvrent, dans les années cruciales de la photographie américaine, entre 1950 et 1980, et pour beaucoup de jeunes artistes, une alternative nouvelle à la street photography alors dominante.
 
Commissariat : Gilles Mora, Directeur artistique du Pavillon Populaire

siskind

voir: Aaron Siskind

haut de la page

Date de mise à jour 18/12/2014