Agenda des concerts & expositions

en lien avec le site Esprits Nomades

 

 

***************************************************************************

vishniac

Exposition
Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975
Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015

roman

 

Lieu : Musée d'art et d'histoire du Judaïsme
Salle : Auditorium
Adresse : Hôtel de Saint-Aignan, 71, rue du Temple, 75003 Paris

 

 

Rassemblant environ 220 œuvres, l’exposition Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 propose une réévaluation de l’intégralité de la production du photographe, depuis ses débuts à Berlin jusqu'à l’après-guerre aux États-Unis. Présentée à New York (à l’international Center of Photography) et à Amsterdam (au Joods Historisch Museum), sous le titre Roman Vishniac Rediscovered, elle révèle plus d’une centaine d’images inédites de ce grand témoin du XXe siècle. Plus qu’aucun autre photographe, Roman Vishniac a profondément influencé notre vision de la vie juive en Europe orientale. On lui doit le recensement photographique le plus emblématique de ce monde à la veille de son anéantissement

L’exposition donne à voir un choix de travaux d’une extrême diversité, grâce aux recherches de Maya Benton dans le vaste fonds des archives Roman Vishniac conservées à l’international Center of Photography.

Voir sur site Esprits Nomades: Roman Vishniac

 

roman

**************************************************************

 

film

Michel Dieuzaide aux Rencontres du film d'art

 

michel

 

La deuxième édition des Rencontres du film d'art de Saint-Gaudens se déroulera du 29 janvier au 1er février. Elle poursuivra l'exploration des liens entre art et cinéma, à travers les regards croisés d'artistes et de vidéastes.

Pendant quatre jours, les spectateurs pourront découvrir les univers de Christian Boltanski, d'Alain Resnais, de Pina Bausch, de Frederick Wiseman et bien d'autres. Le photographe et documentariste toulousain Michel Dieuzaide sera l'invité d'honneur. Il présentera plusieurs de ses films sur les peintres.

 

Olivier Debré-Le Rideau Français

Michel Carrade-L'Aetlier des Couleurs

Pierre Soulages- Eté 1986

Pierre Tal -Coat- L'Atelier Ouvert

 

michel

 

Rencontres du film d'art, cinéma Le Régent (16, rue de l'Indépendance), Saint-Gaudens. Tél.05 62 00 81 57.

 

voir: Michel Dieuzaide

 

*******************************************************************

 

fortemps

 

Exposition de Vincent Fortemps à Bellegarde
Centre culturel Bellegarde à Toulouse


Du 8 janvier au 4 février 2015

Centre culturel Bellegarde - 17, rue Bellegarde - 31000 TOULOUSE
Tel : 05 62 27 44 88

 

fortemps

 

Vernissage jeudi 15 janvier à 20h précédé à 19h d’une performance de Vincent Fortemps et Jean-François Pauvros (guitare électrique)
Visite commentée tout public samedi 24 janvier à 10h30 / Entrée libre

Installation par les sillons

«Le monde de Vincent Fortemps porte en lui ses voies nocturnes, et pareillement étranges sont les sentiers nocturnes de ses dessins. Et son univers, par les sillons, les barques et les tranchées de la mémoire, est empli de zébrures, de paysages noircis par les silences des mots figés en nous. Dans ce monde aux aguets, immobile ; entre brouillard et indifférence, Vincent Fortemps se bat. Il sort les griffes de ses outils, il fouille la terre des souvenirs, il gratte la matière pour lui faire rendre gorge.
Tout semble fragments, et pourtant tout se répond. Il avance entre transparence et opacité par pulsions et intuitions, par strates et profondeur vertigineuse de l’image. Ce ne sont pas des dessins, car sans cesse jusqu’à la phase finale incompressible, l’aspect change, évolue sous ce qui se révèle peu à peu, s’efface aussi soudain. Vincent Fortemps est un sculpteur de silence qui, par le geste, l’action vitale, retrouve les traces des sentiers immémoriaux, hantés. Son imaginaire, qui souvent le surprend lui-même, devient le nôtre. »(...)


Gil pressnitzer - Avril 2013



Station de métro ou de Tramway la plus proche : Métro : ligne B - Jeanne-d'Arc
Bus : navettes centre ville, 15, 16, 23, 29, 38, 42, 44, 45, 70


Informations complémentaires :
Du 8 janvier au 4 février 2015

Centre culturel Bellegarde - 17, rue Bellegarde - 31000 TOULOUSE
Tel : 05 62 27 44 88

 

Voir sur le site Esprits Nomades: Vincent Fortemps

 

******************************************************************

Bea Tristan

bea

 

EN CONCERT LES 3,4 et 5 FÉVRIER A TOULOUSE

Tous les jours à 19h30
"BALLADE POUR FRANKIE"
A LA CAVE POÉSIE, dans le cadre du FESTIVAL DÉTOURS DE CHANT

 

Bea Tristan est plus qu’une chanteuse. Elle est un road-movie à elle seule. Sa voix qui feule le long de la rouille des jours semble toujours prendre la route. Et la route, mais aussi la tangente, elle l’aura souvent prise. Quand « la carrière » s’ouvrait devant elle, enfant prodige de la chanson, elle suivait ses fuites durables et renouvelables. À peine reconnue elle aura largué les amarres de ce drôle de métier à la fin des années soixante-dix. Sa voix mauve et fauve préférait se lancer dans la canopée de la vie, loin des hypocrisies. Et motarde des rêves elle s’en était allée soulever la lumière de la poussière. Boule d’énergie elle ne pouvait ni plier, ni se plier. Elle est faite de limon sauvage, d’une enfance au milieu des palissandres à Madagascar, de la rage de chanter, de ses voyages et de ses fuites dans l’infini au-delà des chiens errants de nos conforts et désastres.
Elle est faite de limon sauvage : d’une mère pianiste qui saura la convaincre de chanter à nouveau, d’une enfance au milieu des palissandres à Madagascar, de la rage de chanter, de l’amitié de Bruno Coquatrix, de ses voyages et de ses plans secrets.

Et puis elle a roulé si longtemps que finalement elle est revenue devant la grille des chansons, cheveux d’argent, voix de béton. Femme de passage, sans âge, ses textes laissent en nous sillons de vie ardente. Par-delà les épuisements des jours ses chansons sont posées sur nos mémoires, néons dans les nuits, routes du nord qui défilent. Tant de destins, fragmentés, entrevus, se devinent dans ses mots. Comme sur sa moto elle chante sans s’arrêter pour ne pas tomber.
« j'ai raté ma carrière, j'aurais dû être Rocker ou Mécano. », mais non Bea tu es chanteuse et tu fais vrombir le moteur des mots, à faire défiler les cartes routières de l’ailleurs . Convoyant des voitures au bout du monde, ce sont des rêves écaillés, des amours vers le nord avec toutes les larmes du corps qu'elle convoie dans ses chansons tissées aux lambeaux de la vie.
Bea Tristan est intense, tout simplement intense. Sa voix est de l’alcool fort et non frelaté dans la prohibition de notre époque. Blues des rencontres, et des souvenirs de trois fruits confits, bruit de moteur dans sa voix, claquement de portières dans sa guitare, Bea Tristan est un choc, un électrochoc dans la chanson française.

..

Gil Pressnitzer

 

voir: Bea Tristan

 

*********************************************************************

andrieu

 

 

passion

**************************************************************************

 

bach

 

bach

 

Cantate sans filet BWV125 > Dimanche 1er février 2015

 

Mit Fried und Freud ich fahr dahin (BWV 125)

six mouvements:

1-chœur : Mit Fried und Freud ich fahr dahin
2-aria (alto) : Ich will auch mit gebrochnen Augen
3-récitatif et choral (basse) : O Wunder, daß ein Herz – Das macht Christus, wahr' Gottes Sohn
4-aria (ténor et basse) : Ein unbegreiflich Licht
5-récitatif (alto) : O unerschöpfter Schatz der Güte
6-choral : Er ist das Heil und selig Licht

 

flûte traversière, hautbois d'amour, deux violons, alto, basse continue, cor d'harmonie (le continuo dans le choral d'ouverture ), trois solistes (alto, ténor, basse) et chœur à quatre voix.


Dimanche 1er février 2015
Eglise Saint Exupère
Allées Jules Guesde à Toulouse


17h Répétition publique
18h30 Cantate avec participation du public pour le choral final


Entrée libre sans réservation (dans la limite des places disponibles).
Buffet thématique offert à la fin de la cantate.

 

 

HORAIRES :

17h00 : Répétition publique et unique de l'Ensemble Baroque de Toulouse et du Choeur Baroque de Toulouse.

18h30 : Interprétation de la Cantate avec participation du public pour le choral final.


CANTATES SANS FILET relève le défi de jouer l'intégralité des quelques 200 cantates connues de Bach, à raison d'une par mois. L'unique répétition se déroule devant le public et le choral final est travaillé avec lui, donnant à la représentation qui en découle une intensité particulière. Commencée en janvier 2007, cette aventure a permis d’écouter plus de 50 cantates, a réuni 28 100 spectateurs et devrait encore durer 25 ans…


Lieu : Eglise St-Exupère (allées Jules Guesde, près du Sorano)

ENTREE LIBRE SANS RÉSERVATION ! (dans la limite des places disponibles)

 

Voir: J.S BACH

 

*****************************************************************

 

branly

 

JOYCE MANSOUR, POÉTESSE ET COLLECTIONNEUSE

 

joyce

Portrait de Joyce Mansour © DR


DU MARDI 18 NOVEMBRE 2014 AU DIMANCHE 1ER FÉVRIER 2015

Adresse : 37 Quai Branly, 75007 Paris

CONCEPTION
Philippe Dagen, historien de l’art et professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.


À propos de l'installation

 

Amie fidèle d’André Breton, Joyce Mansour (1928-1986) fut l’une des dernières figures majeures du surréalisme français. Née en Égypte, établie à Paris, l’écrivaine s’est illustrée grâce à son oeuvre poétique d’une intensité provocante. Son rôle de collectionneuse d’arts dits "primitifs" et d’œuvres de ses amis Michaux, Ernst ou Molinier, reste en revanche relativement méconnu. Hommage à cette figure profondément singulière.

joyve

Voir sur le site Esprits Nomades: Joyce Mansour

**********************************************************

siskind

 

Aaron Siskind - Une autre réalité photographique

28 novembre 2014 - 22 février 2015

 

Pavillon populaire de Montpellier, esplanade Charles-de-Gaulle, Montpellier (34). Tél.: 04-67-66-13-46. Du mardi au dimanche, de 10 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures. Jusqu’au 22 février 2015

 

siskind


Figure majeure de la photographie américaine, mais trop souvent contournée, Aaron Siskind (1903-1991) voit l’importance de son œuvre se déployer enfin dans une exposition monographique exhaustive, la première depuis plus de 30 ans, constituée de près de 250 tirages originaux, conçue et organisée par le Pavillon Populaire, en collaboration avec les archives Siskind (Center for Creative Photography, Tucson) et la Aaron Siskind Foundation de New York.
 
Commencée à New York dans les années 1930 sous le signe d’un réalisme documentaire rigoureux, jamais délaissée, au sein de la prestigieuse Photo League, elle revêt, à partir de 1943, un formalisme exigeant, aux limites de l’abstraction, sous l’influence des peintres de l’expressionnisme abstrait (Wilhem De Kooning, Franz Kline...), avec qui Siskind partage les mêmes engagements esthétiques. Cette exposition  reconstitue pour la première fois, et dans sa chronologie, le parcours cohérent du photographe-enseignant, attiré tout autant par la photographie vernaculaire architecturale (exemplifiée tout au long de son enseignement à l’Institute of Design de Chicago, fondé par Laszlo Moholy Nagy) que par un expressionnisme sensuel nouveau, où la métaphore et les tensions formelles occupent une place essentielle au sein d’une dramaturgie de l’objet photographié désormais tenu à une place nouvelle, celle de la surface plane du tirage photographique. Beaucoup d’œuvres inédites sont ici présentées.
 
Ce réalisme symbolique, cette poétique puissante, ont engagé Siskind vers l’expérimentation de voies visuelles inexplorées. Il y apparaît comme un photographe à part entière, au-delà de tout pictorialisme, passionné par la confrontation d’univers culturels ou esthétiques multiples. Son relevé de signes, de configurations graphiques inattendues et complexes, sa passion pour l’anthropologie urbaine et pour les forces universelles de l’inconscient ouvrent, dans les années cruciales de la photographie américaine, entre 1950 et 1980, et pour beaucoup de jeunes artistes, une alternative nouvelle à la street photography alors dominante.
 
Commissariat : Gilles Mora, Directeur artistique du Pavillon Populaire

siskind

voir: Aaron Siskind

haut de la page

Date de mise à jour 22/01/2015