Tardi

Jeux pour mourir

 

tardi

 

Liverpool sur seine. Plus la gloire caresse Tardi, plus il s'enfonce vers cette période glauque des années céliniennes par excellence, les années 1950.
Plus précisément, du samedi 26 août au mardi 29 août 1950. Dans ces quelques jours, va se jouer d'après un roman de Geo-Charles Veran, la déglingue minable et tragique de quatre gosses plus malheureux que loubards. Après la rencontre avec Céline et Léo Malet, après les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc Sec, Tardi va au bout de son "voyage au bout de la nuit" là où toute innocence est saccagée. Cat, La fouine, Le Hérisson, Mérou, forment une bande perdue dans l'anus du monde, aux confins de la ville entre le canal et la voie ferrée.

 

tardi

 

tardi

 

Mois d'août, sans but, sans vacances, avec des adultes dans leur bain de gros rouge ou de dope, ils vont vieillir en quelques jours jusqu'à rejoindre les pantins dans leurs jeux meurtriers, et pourtant, ils sauront encore mourir comme des gosses, bêtement, pathétiquement.
Tardi, avec son dessin proche de l'art modeste, voire minimal, ne pense plus qu'à rendre la désespérance des choses et son album frappe fort. On en sort l'estomac et l'âme noués, l'un prenant la place de l'autre.
Ces regards durs et appelant la tendresse de ces enfants nous regardent encore longtemps, et la réalité de Liverpool ou d'autre part s'explique bien mieux que de savantes litotes à la Pierre Bourdieu sur la déstructuration du monde.

Tardi rend à jamais caduc les débats stupides sur la bande dessinée. Souvenons-nous de ses plongées dans les tranchées de la grande guerre de 14-18. Tardi ave son style cousin de l'expressionnisme noir allemand lance "le cri du peuple".Ses longues dérives dans Paris, ses plongées dans ce passé qui monte des brumes du Pont de Tolbiac. Il fait déambuler ses personnages empruntés à Léo Mallet, Céline, Didier Daeninckx, et surtout son grand-père corse qui lui parlera longtemps de la der des ders.
Nestor Burma erre sans fin et il peut entendre le cri des blessés tenant leurs tripes dans les tranchées venant du passé pas si lointain. Cette révolte du dessinateur de Pilote va le faire rencontrer un autre imprécateur, Jean Vautrin, et cela sera la série du "Cri du Peuple". Fils de militaire il sait l'oppression de l'intérieur. Lui sait la véritable histoire du soldat inconnu. Celui qui erre encore aujourd'hui dans les boîtes en carton, qui crève de froid et de faim. En janvier 2000, il publie "La Débauche", sur le thème du chômage, de la perte d'emploi et du dégraissage de la société.
Pour en revenir à cette bande dessinée de 1992, disons que "Jeux pour mourir" est tout simplement un grand livre auquel le dessin a donné des yeux.

 

tardi

Gil Pressnitzer


 

Bibliographie très sommaire

 

• 1974 Adieu Brindavoine, La véritable histoire du soldat inconnu, Le démon des glaces

• 1976 Début du cycle des extraordinaires aventures d'Adèle. Blanc-sec. 8 albums parus.

• 1979 Ici même (scénario de Forest)

• 1982 Griffu (sc. Manchette), Brouillard au pont de Tolbiac (sc. L.Malet)
• 1992 Jeux pour mourir (sc. G.C. Véron)

• 1993 C'était la guerre des tranchées
• 1996 Casse-pipe à la nation (sc. L.Malet)
• 1997 La Der des Ders  

• Adèle Blanc-Sec :

Adèle et la bête

Le démon de la tour Eiffel  

Le savant fou  

Momies en folie  

Le secret de la Salamandre  

Le noyé à deux têtes  

Tous des monstres  

• Le Cri du peuple, tome 1 : Les Canons du 18 mars

• Le Cri du peuple, tome 2 : L'Espoir assassiné (24 septembre 2004) de Jean Vautrin(Scénario)
• Le Cri du peuple, tome 3 : Les Heures sanglantes de Jean Vautrin,

• Le Cri du peuple, tome 4 : Le Testament des ruines Jean Vautrin(Scénario) --

• Rumeurs sur le Rouergue

tardi

• C'était la guerre des tranchées, 1914-1918 Jean Vautrin (Scénario) --

• Le Voyage d'Alphonse ( 2004)

• Voyage au bout de la nuit (1988) de Louis-Ferdinand Céline, Tardi(Illustrations) -

• Adieu Brindavoine, suivi de La fleur au fusil (4 mai 1993)

• Le Démon de la Tour Eiffel (1976)

• Le Der des ders (1997) Didier Daeninckx -

• M'as-tu vu en cadavre ? (2000) de Léo Malet,

• 120, rue de la Gare (22 janvier 1997) Léo Malet

haut de la page

 

Date de mise à jour : 26/01/2007