Marie-Josée Vilar

Un Chant au milieu de la marjolaine et de la cruauté du monde

 

 

vilar

 

Nostalgie, nostalgie!

Ce qui en toi est bien
Nostalgie, nostalgie
C'est que tu ne sers à rien.


Marie-Josée Vilar est auteur-compositeur et interprète, certes mais quel chanteuse!
A jamais vous serez pris aux tripes et à l’âme, qui d’ailleurs ne sont pas loin l’un de l’autre .
Une des plus grandes, une des plus écorchées vives.
« J’aime beaucoup écouter Marie-José Vilar et ses chansons qui ne doivent rien à personne, et j’espère ne pas être le seul » Georges Brassens.
Mais non mon bon Georges tu n'es pas le seul.

Onze albums à ce jour l'auront laissé dans l'ombre des gloires formatées. Elle vit, elle existe, elle crie son anarchie, son refus absolu de l'indifférence.
Ce petit bout de femme est avec quelques rares autres, une des dernières stations de la chanson française avant l'autoroute des mots vides.
Chaude, tendre et ironique à nulle autre pareille, elle est "femme espoir et nostalgie" et révoltes.

Longtemps marginalisée, longtemps retournée au silence, elle continue son chemin le regard posé sur le secret des êtres, l'énigme des amours.

« Et partout ton absence… Dans le froid neuf elle danse
Mélangée aux marrons chauds
Qui fument sur le pont des Arts »

Marie-Josée danse dans la chaleur de nous. Elle nous dit les petits désespoirs quotidiens, les larmes rentrées, les ironies des jours, elle nous dit la vie sans décor, ni magie, ni tralala. Elle sait les "Autos tamponneuses" des rapports affectifs. Elle connaît les chemins des intimités.

Il faut marcher longtemps
Dans les forêts profondes
Celles qu'on porte en dedans
Celles qui couvrent de leurs feuilles
le monde.


Marie-Josée Vilar chante l'insomnie des grands soirs, l'espoir qui ravive la vie et son contour.
Des disques nous ont porté sa parole fraternelle : « Je te donne" "Nostalgies, Nostalgies", "Temps calme", "Au secours vlà l'amour".
Des chansons courent comme des souris grises en nous, et pour toujours : Carmen P., l'ortie et le lierre, les petites filles en dentelle, bien sûr les mots, lundi 30 avril, la passerelle, Café-tabac ....
Et bien d'autres qui toutes se demandent si l'ombre d'un bonheur est possible encore.


Marie-Josée Vilar vaille que vaille, comme Michèle Bernard, a poursuivi sa route cahoteuse de chanteuse avec bien des haltes prolongées. Et toujours, chez cette petite protégée de Georges Brassens, cette volonté entre silence et révolte d'échafauder en chansons une vie mode d'emploi, faite de vagabondages, d'amours déteints, de désespoirs couleur glycine, d'espoirs moqueurs.

 

vilar


Son écriture extrêmement sensuelle, ses bouts de portraits de la vie qui va avec ses rencontres et ses absences, son miel et son fiel, tout cela fait un univers unique. Sa voix d'une grande beauté est une rivière de velours sombre.

 

De cette maladie privilégiée qu'est l'amour, Marie-Josée Vilar est un témoin attendri, pleine de « trésors de faiblesse et de fenêtres de peau ».
Marie-Josée Vilar chante, avec sa voix de ruisseau sombre les clartés confuses de la vie, les choses sans valeur qui font notre étoffe, ce linge qui sèche toute notre vie en nous.

 

Au point où nous en sommes vous avez dû deviner que j'aime cette chanteuse si droite, si morale dans ses mots et ses exigences. Je l'ai connu enceinte sur les scènes, puis retiré du monde de pacotille, puis revenant ses chansons à son cou.

Toujours envoûtante.

 

Marie-Josée discrète et magnifique, chante une certaine liberté : celle de résister à la chute, de laisser la lumière allumée derrière soi.

Merci Marie-Josée de continuer à chanter pour chacun de nous comme si nous surprenions un secret, des blessures souriantes, des pluies d'espoir.

 

Ma petite fille en dentelles

Il y a les nuits de lune

Où la vie est plus belle

Que tout ce qu'en racontent

Les plumes ....

 

Quelque part, tes fantaisies de mots, la beauté sourde de ta voix, celle de cette petite fille au-delà du miroir de ses mots, enfin toi quoi, nous redonnent le goût de la vie et de toutes ses choses.

Marie-Josée Vilar, nostalgie et révolte, chante tout le chemin parcouru depuis l'ortie et le lierre jusqu'à l'amour qui fait peur et espoir.

Marie-Josée Vilar : Le goût de la vie et de toutes ses choses. Et on ne saura jamais si c'était triste ou gai. Jamais.

 

Marie-Josée Vilar : Chanteuse irréaliste qui sait « ce que raconte la lavande » et les pavés des jours qui s'effritent.

 

Gil Pressnitzer

 

 


 

 

Textes de Marie-Josée Vilar

 

 

 

LA CHAMBRE 54 (1981)

 

Pour toi seul dans la chambre 54

pour toi seul j 'me suis mise à quatre pattes

y 'a qu 'toi qui m'aies fait changer d'partie

toi seul'ment m'as fait changer d'courant

 

Pour toi seul dans la chambre à quatre pattes

pour toi seul je m'suis pliée en quatre

y'a qu 'loi qui m'aies fait changer d'avis

toi seul'ment m'as fait changer d'tourment

 

J'suis en r'tard pour la vie en couleur

sur le tard quand ton souv 'nir m'écœure

à me voir même les lézards en pleurent

sur le tard dans ton souv 'nir terreur

 

Rien ne dure dans ta vie jusqu'au bout

mais j' le rassure j' te porte autour d'mon cou

ton amour tu m'en as fait cadeau

seulement pour être sur la photo

 

Exclusive la femme est mal sexuée

maladive dans l'besoin d'humilier

mais y 'a qu 'toi qui m'aies menée en bateau

depuis mon milieu jusqu'à mon point zéro

 

Je l'ai aimé jusqu'à la moelle de mes os

je t'ai quitté tu m'en as fait beaucoup trop

je t'ai perdu pour un enfant dodu

qui viendra par le même trou de mon cul

 

SI je m'enfonce dans les coussins de la mémoire

je veux des ronces pour m'empêcher d'y aller voir

je garde rien à part peut-être un cri

trop distinct selon moi je t'le dis

c'est fini

 

 

CARMEN P. (1978)

 

Carmen, du fond de ta boule de cristal

Ma vie est-elle originale ou pas ?

Carmen, comme une grenouille dans son bocal

Tu m 'fabriques une vie animale

 

Y'a eu un viol d'oiseau dans ton ventre chaud

Et j'suis devenue un poisson dans ton eau

Moi qui n'avais pas plus de peau que d'os (bis)

Après, les chemins de la communale,

L'enfance tout à fait banale ; sans joie

Carmen, dans ton sommeil de gardénal

Tu m 'fabriques une vie cérébrale

 

Et tout juste ce type avec ses mains un peu sales

Qui s'est approché de moi matinale

Moi qui avais un sexe végétal (bis)

 

Plus tard, te premier homme alain Tégral

La vérité fondamentale, sans toi

Carmen, quelle drôle de vie pleine de dédales

Où toi et mol on se trimballe

 

A peine le temps pour nous de se dire qu'on s'aime

De se faire un voyage en Aquitaine

Qu 'il faut entrer dans un drôle de système (bis)

Et puis...

 

 

CAFÉ-TABAC (1978)

 

Chacun de nous mourra seul

Mais moi je mourrai sans toi

Mon amour je m' saoule la gueule

Dans ce café-tabac

 

où une star vient chaque soir

Poser son cul près du bar

Sous les caméras-regards

D'un drôle de cinéma

 

Des gens qui s cassent

Un vieux type qui trépasse

J'y vois dans la glace

Quelqu'un d'autre à ma place

 

M'asseoir sur le bord du ring

Pour voir de près quand ça swingue

Foutre le camp en sleeping

Dès que ta peur est là

 

Tire-toi de nos nuits standard

Et moi je reste sans toi

Mon amour tout le monde se barre

De ce café-tabac

 

Moi j'me déplace

Comme une limace

J' vois dans ta glace

Quelqu'un d'autre à ma place

 

Chacun de nous mourra seul

Et moi je mourrai sans toi

Mon amour je m' saoule la gueule

Depuis qui 'je sais que je suis seule

 

 

L'ORTIE ET LE LIERRE (1978)

 

Au profond du marais

La maison se perd à demi

Dedans l'ortie et dans le lierre

Les flancs du bateau frappent l'eau

Les chapeaux-feutre se soulèvent

En revenant des cimetières

Les amis mourront bien un jour

Et entre deux chagrins je cours

Dans le vieux vent et la bruyère

Le ventre de ma mère est tel

J'y retournerais bien dedans

Redevenir le planisphère

Où elle posait ses mains souvent

 

Je voudrais du bleu tout autour

De nos abominables jours

Et que nos rêves aient encore cours

Au moment où la mort maraude

Te recouvrira de terre chaude

À moins qu'avant ce soit mon tour

 

En attendant voilà

Toute ma maison est en fête

Chaque fois que tu viens me voir

L'eau chante dessous les bateaux

Les chapeaux-feutre se soulèvent

En rentrant des anniversaires

Nous avons souvent titubé

À l'orée des poubelles pleines

Puis tu es partie faire pousser

Tes petits dans la marjolaine

 

Bien des amis se sont perdus

Et depuis d'autres sont venus

I! y a ceux qu'on ne croit plus

Mais nous boirons encore le genièvre

Toi et moi près des cathédrales

Ou au sommet des réverbères

 

Pour toi je veux le clair du jour

Et que les oiseaux l'accompagnent

Et qu'on se dise tu, toujours

Mon amie je vais tricoter

Notre restant d'adolescence

Au fil de nos vieilles années

Qui paresseusement commencent

Puisque tu fais mes souvenirs

Avec de ta dentelle autour

Ceux de ma boutique aux amours.

Polychromes

 

 

LUNDI 30 AVRIL.

 

Je n 'voulais pas vous perdre

vous que j'ai aimé de près,

emmêlée dans ce verbe,

difficile d'accès

 

Je n 'voulais pas vous prendre

à contre-temps du temps

mais, vous souhaiter plus tendre

était inconvenant

 

Prenez une caresse

j'en ai un plein ballot

ouvrez-la, sans tristesse,

avec votre couteau

Vous y verrez vos fesses

mes moins sur votre dos,

des trésors de faiblesse,

des fenêtres de peau

 

Les abonnés de l'amour

ne sont pas bien nombreux

et, c'est ce bruit qui court

" y'a pas d'amour heureux"

 

Vous vouliez de la liesse,

l e jus de la nana,

ce jus de fruit qui laisse

les fiancés babas

 

Je me souviens de vous,

vous étiez un cadeau

 

 

Mai soixante et huit

 

Mon amour, mon amour

Mon bel amour sans suite,

Il soufflait de beaux jours sur

Mai soixante et huit.

Je te tournais autour,

Mon bel hermaphrodite,

Nous avions libre cours en

Mai soixante et huit.

 

Nous avions mon amour

Les pavés pour le rite,

Les flics et les tambours des coeurs

quand ils palpitent.

Je te tournais autour,

Mon bel amour sans suite,

Nous avions libre cours en

Mai soixante et huit.

 

La joie était certaine,

Paris cosmopolite,

Nous avions dans les veines du sang

pour courir vite,

Même très bien chaussée

La marée et sa suite

Ne pouvaient presque pas empêcher

notre fuite.

 

Paris, dans ses faubourgs,

De jolis feux crépitent,

A l'Odéon théâtre la jeunesse médite,

C'est jouer sur du velours

Que se jouer den mythes

Le passé est un lourd insecte qu'on évite.

 

Puis mon amour, un jour,

La jeunesse s'effritte

Dans le chagrin douteux -

des ventres qui nous quittent,

Le bonheur, mon amour

Peut-être on le mérite,

Main ça finit toujours par une mort subite.

 

Il n'est pas nécessaire

Q ue tout cela s ébruite,

Laissons donc courir l'air parmi nos réussites,

Laissons dans non tiroirs

Tous nos satisfecit,

In seront la mémoire de Mai soixante et huit.

 

 

Les petites filles en dentelle

 

Les petites filles en dentelle

n'ont plus peur au fond des bois

elles jouent à la marelle

les loups ne viendront pas

leurs mères ont la voix claire

des femmes d'autrefois

mais elles n'ont plus la jupe légère

je crois, je crois

 

Louisa, mon enfant

mon velours mon point précis

près de moi ton infini

ma beauté ma fenêtre

 

il est temps d'écouter tomber la pluie

sur les Temples de Paris

fabriqués par leurs maîtres

avec le foutre d'ange

on a mis sur la table

en vrac du jus d'orange

deux, trois guerres

des déchets, du sable

et la mer avec son grand va-et-vient

pour les surfeurs et les requins

aussi pour les sirènes

 

mon amour

que faire par les temps qui courent

te protéger des discours

et des gens respectables

Il faut marcher longtemps

Dans les forêts profondes

Celles qu'on porte en dedans

Celles qui couvrent de leurs feuilles

le monde

et puis ta peau tendue comme un tambour

te diras quand c'est l'amour

mais ta peau seulement et rien d'autre

 

Moi le jour où nous serons séparées

je poursuivrai cette idée

jusqu'aux étoiles

ma petite fille en dentelles

il y a des nuits de lune

où la vie est encore plus belle

que tout ce que racontent les plumes

 



 


 

 

Discographie

 

 

D’abord son site personnel:http://www.mariejoseevilar.com/paginas/presentation.htm


   *Un chat c'est un chat 1969

  *Ne me dites jamais 1970

   *Mais nos amours fous ne sont pas au même endroit 1976

   * Fruits et primeurs 1978

   *On ne saura jamais si c'était triste ou gai 1981

   *Nostalgies, nostalgie 1988

   *Temps calme 1991

   *J'te donne  1993

   *Au s'cours v'là l'amour 1995

   *Duende  1998

   *Vies privées   2001

   *Magie et tralala 2004

 


 

 

vilar

 

 

haut de la page

 

Date de mise à jour : 04/06/2007