Jules Supervielle

La poésie en chuchotant

 

 

 

 

Supervielle

 

Ne touchez pas l'épaule du cavalier qui passe, il se retournerait et ce serait la nuit, une nuit sans étoiles, sans courbes ni nuages...(Jules Supervielle)

 

Jules Supervielle fut ce cavalier en poésie qui passe et que l’on ose à peine toucher de peur de le voir s’effriter. Ses mots comme des ailes de papillons semblent si fragiles et ont souvent le soyeux des draps frais.

De lui on se souvient peu maintenant, sa lumineuse disparition qu’il revient parfois nous dire, ne nous empêche point de flâner dans ses mots vrais et translucides et il continue de nous parler à l’oreille.

 

Fils de banquier mais n’ayant sur ses registres que l’avoir de la vie et le doit de la mort. Poète « nébuleuse à cheveux gris », il est un homme de l’ailleurs et du délaissement. Orphelin très vite, presque à la naissance, émigrant toujours, flânant aux frontières de son cœur fragile et des plaines immenses, il semble avoir traversé en souriant et la vie et la poésie. Comme un héron souriant et élégant, il aura traversé son siècle qu’il n’essaie pas de comprendre plus avant. Plus proche d’Hölderlin et de Rilke que d’André Breton, il se sait hors mode, hors du temps, suranné avant que d’être. Il sait que l’on l’écoute de loin, mais il est là « comme un rêve en arrêt ». Il est le « hors venu ».

 

« Tandis que la nuit ravaude, les déchirures du jour » écrit-il et sa poésie ravaude les déchirures de la vie. Il savait que sa poésie ne changerait pas le monde, il s’était fait un petit coin, mais de là il avait vue sur l’éternité. Il a fait un peu de feu, il fut parfois lui-même le feu et le ciel et les étoiles, l’arbre et le pain. On a moins froid depuis que « Les amis inconnus » qu’il nous a fait rencontrer nous tiennent la main. Plus soleil que samovar il laisse sa fragilité en bannière au vent.

 

Une partie de son œuvre est loin de nous, trop élégante et compassée, semblable à une splendeur fanée, mais une autre continue à se graver en nous.

Nous aussi, par le filtre de « l’oublieuse mémoire », retenons celle-ci qui échappe à la préciosité présente ailleurs.

 

 

 

haut de la page

 

L’homme de la pampa, hors du temps et de l’espace

 

Cet homme, maigre, long échassier, avec son corps interminable et son cœur si terminal, passe distraitement, et sa poésie coule naturellement. Il poétise en passant, sur des grand-routes balisées, se souvenant avoir lu son nom dans les temps anciens. Homme de souvenance, il était trempé dans les amers embruns de l’océan Atlantique, de la douceur du föhn du piémont pyrénéen, tutoyé par le vent fou qui le connaissait bien, perdu et retrouvé dans l’immensité de pampas uruguayennes.

Vie sans anecdotes fortes, homme d’un seul amour, Pilar sa femme, père de six enfants, il ne fit que glisser sans appuyer à la surface du monde. Voyageur sédentaire, il se disait souvent adieu mais ne s’en allait pas.

 

Et nous allons ainsi, parmi les autres hommes,

Les uns parlant parfois à l'oreille des autres.

 

Il semble à jamais mal déplié dans son temps, hors d‘âge, hors des tumultes. Indifférent aux mouvements qui secouent la poésie contemporaine, surréalisme ou autre, il demeure classique, définitivement peu curieux de la modernité. Des échos de sa voix se retrouvent pourtant chez Philippe Jaccottet, et Yves Bonnefoy.

Son petit hublot de ciel donnait sur lui-même et ses fantômes intérieurs. Mais il avait choisi de vivre suivant sa devise :

« Et si nous regardions la vie par les interstices de la mort ? ».

Ainsi il vécu souriant en surface et hanté par la finitude, son ombre si longue déjà posée parmi les morts.

 

Noble vieillard de presque 75 ans, quand il meurt le 17 mai 1960 à Paris, - il était né le 16 Janvier 1884 à Montevideo en Uruguay où ses parents avaient cherché fortune -, il est à la fois célèbre et d’un autre temps.

Pierre Reverdy meurt juste un mois après le 17 juin et Saint-John Perse allait recevoir le prix Nobel de littérature. Lui la courtoisie même, se fait un devoir de s’effacer juste après avoir été sacré « Prince des Poètes » le 30 avril 1960.

 

Jules Supervielle avec « sa majesté monotone » a griffonné sur d’innombrables bouts de papier les mots qui lui servaient de remparts contre la folie, de digues contre son inconscient. Le réel existait peu pour lui, « né sous les signes jumeaux du voyage et de la mort. ».

Il cheminait silencieux, remâchant en solitaire l’herbe des morts. Réfugié dans la fable du monde, dans les contes, il faisait des textes comme exorcisme. Toujours en équilibre entre l’ailleurs et l’ici, entre le monde des vivants et celui des morts, il reste comme un doux funambule. Mais quand on lit certains de ses mots, ils nous font frissonner d’effroi. Il ne s’agit plus de bulles de savon irisées et superbes, mais de plongées dans les métamorphoses de ses gravitations.

Nous passons les uns près des autres, cachant mal nos étoiles, nos vertiges. (Le corps).

 

Supervielle

 

Jules Supervielle sera resté à « deux doigts obscurs de la lumière », et c’est cette diffuse et fragile clarté qui monte de ses textes qui nous émeut. Un pas de trop et l’on tombe. Cet équilibre sur les morceaux du ciel et de la misère est sa magie. Il transmue le quotidien en fables et par incessants allers-retours entre l’irréel et le réel.

« Ne plus mourir à nouveau de tant de nostalgie » et surtout « ne pas être seul durant l'éternité » seront ses obsessions. Lui était prêt dès à présent « à labourer dans l'autre vie ».

 

Il oscille, il est mouvant, un balancement doux fait flotter sa poésie. Comme la mer qui est tout pour lui, qu'il porte en lui. Il en berce les marées. Souvent cerné par un attirail hérité du symbolisme, il parvient à s'élever bien plus haut que les cartes postales poétiques de ses contemporains. Il devient essentiel.

Il ne faut surtout pas le réduire à une plainte murmurée, mais comme le porteur du chant intérieur.

Sa poésie n'est ni candide, ni naïve, elle est en « gravitation ». Une anxiété permanente court dans les hautes herbes de ses mots, dans la mousse des images comme une rivière inquiète et souterraine.

Il est dans le lointain, l'exil intérieur, l'incertain.

Il galope dans les longues plaines de l'absence. Sa douce mélancolie est « une nostalgie de la distance ».

Je découvre en intrus mon paysage lointain.

 

Lire Supervielle revient à apprendre que les brouillards de la présence ne s’ouvrent que sur l’absence. Ce flou du réel est la vision d’un cœur fêlé, d’un cœur déréglé. Cardiaque, il guettait les battements de la vie attendant son arrêt.

 

Poète mélodieux, poète de la mélodie, de cette petite musique si proche des sonnailles du vent, il flotte sur les mots. Il est lui-même une image qui passe et ne s'attarde point. Il porte en lui le regret de la terre et il aura passé sa vie à vouloir attraper la fumée. 

 

À force de mourir et de n'en dire rien

Vous aviez fait jaillir un jour, sans y songer,

Un grand pommier en fleurs, au milieu de l'hiver.

Supervielle nous aura donné bien des pommiers en fleurs.

 

« Vous êtes un grand constructeur de ponts dans l’espace », écrivit Rilke à Supervielle. Plus qu’entre les cultures de l’Uruguay et la France entre lesquels il fait d'incessantes navigations, c’est entre les apparences des mondes disjoints de la vie et de la mort qui nous entourent, et qui pour lui ne font qu’un, qu’il aura jeté des ponts.

 

On voit les morts de l’espace

Se rassembler dans les airs

Pour commenter à voix basse

Le passage de la Terre.

Rien ne consent à mourir

De celui connut le vivre

Et le plus faible soupir

Rêve encore qu’il soupire...(Souffle)

 

haut de la page

 

L’homme des métamorphoses et du translucide

 

Tout semble transparence dans son écriture. On le croit simple, il est seulement plus clair que le visible. Par un langage translucide, il façonne de nouveaux lieux de parole, avec toute la pampa étendue à ses pieds. Il relie la terre au ciel. Certains font de lui un poète métaphysique, il nous suffit qu’il sache survivre au silence et sache chantonner dans la mort. Il sait seulement que si nous ne regardons plus le monde, il cesse d‘exister.

 

Quand nul ne la regarde

La mer n’est plus la mer.

Elle est ce que nous sommes

Lorsque nul ne nous voit...(La mer secrète).

 

Il est seulement l’homme des métamorphoses.

Rilke encore lui écrit « C’est très beau, cela crée une continuité par-dessus les abîmes. »

Supervielle

Passeur de l’invisible, il rend ordinaire l’autre côté du miroir. Éternel enfant, il a gardé toujours « une âme folle d’irréel » qui aura joué avec l’aube et la brise. Ses mots continuent de monter en nous comme lierre et liserons. Là où il est, il rentre les chiens du ciel à mi-voix et retient son souffle. Une musique sourd de ses mots, une étrange musique.

Cette musique à vide « pense encore que le monde, pauvre débris d'un vase qui se souvient d'être de la terre »(lettre ultime de Rilke à Supervielle quelques jours avant sa mort en 1926).

 

Ruisseaux de pluie, ruisseaux de vie les poèmes de Supervielle !

À Lui qui disait « si nul ne pense à moi, je cesse d’exister », nous nous devons de penser souvent à lui. À lui « l’enfant de l’éternité…. taché d’embruns et ramassé sur la mer », nous nous devons de l’aimer.

Nul autre n’aura autant cherché « une goutte de pluie qui vient de tomber dans la mer ». Il en a trouvé maintes et maintes.

 Le matin comptait ses oiseaux

Et jamais il ne se trompait. (Montevideo)

 

 

 

Gil Pressnitzer

 


 

 

haut de la page

 

Choix de textes

 

Choix de textes édités par Gallimard ou Seghers "Poètes d’aujourd’hui "numéro 15 Supervielle par Claude Roy

 

Ne tourne pas la tête, un miracle est derrière

Qui guette et te voudrait de lui-même altéré :

Cette douceur pourrait outrepasser la Terre

Mais préfère être là, comme un rêve en arrêt.

Reste immobile, et sache attendre que ton cœur

Se détache de toi comme une lourde pierre.

Seghers

 

Survivre

 

C'est un toit gris qui surnage

D'une vallée inondée,

C'est le haut d'un peuplier

Dont le reste est coquillage.

C'est quelque chose qui flotte

Très loin et tout près d'ici,

Et qui berce son souci

Dans un flot, puis dans un autre.

C'est l'âme d'un corridor

Entre des murs écroulés,

Une volute enroulée

De l'autre côté du sort,

Une tête renversée

Sur ses intimes pensées.

Le silence perd le nord

Et chantonne dans la mort.

 

(Poèmes perdus et retrouvés dans La fable du Monde Poésie/Gallimard)

 

Encore frissonnant

 

Sous la peau des ténèbres,

Tous les matins je dois

Recomposer un homme

Avec tout ce mélange

De mes jours précédents

Et le peu qui me reste

De mes jours à venir.

Me voici tout entier,

je vais vers la fenêtre.

Lumière de ce jour,

je viens du fond des temps,

Respecte avec douceur

Mes minutes obscures,

Épargne encore un peu

Ce que j'ai de nocturne,

D'étoilé en dedans

Et de prêt à mourir

Sous le soleil montant

Qui ne sait que grandir.

 

(La fable du Monde Poésie/Gallimard)

 

Puisque nos battements

S'espacent davantage,

Que nos cœurs nous échappent

Dans notre propre corps,

Viens, entr'ouvre la porte,

juste assez pour que passe

Ce qu'il faut d'espérance

Pour ne pas succomber.

Ne crains pas de laisser

Entrer aussi la mort,

Elle aime mieux passer

Par les portes fermées.

 

(La fable du Monde Poésie/Gallimard)

 

« Je suis seul sur l’océan

Et je monte à une échelle

Toute droite sur les flots

Me passant parfois les mains

Sur l’inquiète figure

Pour m’assurer que c’est moi

Qui monte, que c’est toujours moi. […].

Je tombe ah ! je suis tombé

Je deviens de l’eau qui bouge

Puis de l’eau qui a bougé,

Ne cherchez plus le poète,

Ni même le naufragé. »

 

(La Fable du monde, Poésie/Gallimard)

 

Prophétie


Un jour la Terre ne sera

Qu'un aveugle espace qui tourne

Confondant la nuit et le jour.

Sous le ciel immense des Andes

Elle n'aura plus de montagnes.

Même pas un petit ravin.

De toutes les maisons du monde

Ne durera plus qu'un balcon

Et de l'humaine mappemonde

Une tristesse sans plafond.

De feu l'Océan Atlantique

Un petit goût salé dans l'air,

Un poisson volant et magique

Qui ne saura rien de la mer.

 

D'un coupé de mil-neuf-cent-cinq

(Les quatre roues et nul chemin !)

Trois jeunes filles de l'époque

Restées à l'état de vapeur

Regarderont par la portière

Pensant que Paris n'est pas loin

Et ne sentiront que l'odeur

du ciel qui vous prend à la gorge

 

À la place de la forêt

Un chant d'oiseau s'élèvera

Que nul ne pourra situer,

Ni préférer, ni même entendre,

Sauf Dieu qui, lui, l'écoutera

Disant : « C'est un chardonneret. »

 

Seghers

 

Cœur


Suffit d'une bougie

Pour éclairer le monde

Autour duquel ta vie

Fait sourdement sa ronde,

Cœur lent qui t'accoutumes

Et tu ne sais à quoi,

Cœur grave qui te résumes

Dans le plus sûr de toi

Des terres sans feuillage,

Des routes sans chevaux,

Un vaisseau sans visages

Et des vagues sans eaux.

Mais des milliers d'enfants

Sur la place s'élancent

En poussant de tels cris

De leurs frêles poitrines

Qu'un homme à barbe noire,

De quel monde venu ? -

D'un seul geste les chasse

Jusqu'au fond de la nue.

Alors de nouveau, seul,

Dans la chair tu tâtonnes,

Cœur plus près du linceul,

Cœur de grande personne.

Seghers

 

Offrande

 

Un sourire préalable

Pour le mort que nous serons.

Un peu de pain sur la table

Et le tour de la maison.

Une longue promenade

À la rencontre du Sud

Comme un ambulant hommage

Pour l'immobile futur.

Et qu'un bras nous allongions

Sur les mers, vers le Brésil,

Pour cueillir un fruit des îles

Résumant toute la terre,

À ce mort que nous serons

Qui n'aura qu'un peu de terre,

Maintenant que par avance

En nous il peut en jouir

Avec notre intelligence.

Notre crainte de mourir.

Notre douceur de mourir.

 

Seghers

 

Et l'on rencontre parfois, avenue du Bois,

De grandes familles de morts habillées de chair et d'étoffe

comme vous et moi,

Et quand ils avancent sur le trottoir cela fait un bruit de

semelles sur l'asphalte,

Et leurs enfants vont devant, et si l'un d'eux tombe sur le

genou

Toute la famille s'empresse autour de lui,

Bien qu'il ne sorte pas de sang,

Cependant que la mère, bouche tordue d'émotion,

Développe pour le pansement

Un mouchoir tout blanc, qui fait peur parce qu'il est bien

plus grand que nature.

Elle va donnant à son fils des conseils pour ne pas tomber

une autre fois,

Et quand ils croisent les vivants

C'est avec un petit sourire de franche supériorité,

Car ils les prennent pour des morts,

Et ils poursuivent paisiblement leur chemin tout en parlant à

bâtons rompus,

Eux qui s'estiment en parfaite santé et complètement

normaux dans leur banalité ambulante.

Mais en cas d'encombrement sur le trottoir

Toute la famille est prise d'angoisse et de beaucoup de

tremblement,

Au milieu de ces passants qui ne sont pas du tout comme elle

dans leurs fondements.

Et dès qu'ils le peuvent ils se hâtent de reprendre leur

formation familiale.

En serrant les rangs un peu plus,

Avec les enfants en tête, puis les parents, et un peu en retrait,

comme il convient,

Les grand'pères et les grand'mères.

 

(La fable du monde édition Gallimard page 258)

 

Prose et proses (extraits)

 

Il vous naît un poisson qui se met à tourner

Tout de suite au plus noir d'une lame profonde,

Il vous naît une étoile au-dessus de la tête,

Elle voudrait chanter mais ne peut faire mieux

Que ses sœurs de la nuit, les étoiles muettes.

 

Il vous naît un oiseau dans la force de l'âge

En plein vol, et cachant votre histoire en son cœur

Puisqu'il n'a que son cri d'oiseau pour la montrer,

Il vole sur les bois, se choisit une branche

Et s'y pose ; on dirait qu'elle est comme les autres.

 

Où courent-ils ainsi ces lièvres, ces belettes,

Il n'est pas de chasseur encore dans la contrée

Et quelle peur les hante et les fait se hâter,

L'écureuil qui devient feuille et bois dans sa fuite,

La biche et le chevreuil soudain déconcertés ?

 

Il vous naît un ami et voilà qu'il vous cherche,

Il ne connaîtra pas votre nom ni vos yeux,

Mais il faudra qu'il soit touché comme les autres

Et loge dans son cœur d'étranges battements

Qui lui viennent des jours qu'il n'aura pas vécus.

 

Et vous que faites-vous, ô visage troublé,

Par ces brusques passants, ces bêtes, ces oiseaux,

Vous qui vous demandez, vous, toujours sans nouvelles :

Si je croise jamais un des amis lointains

Au mal que je lui fis, vais-je le reconnaître ?

 

Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence

Et les mots inconsidérés,

Pour les phrases venant de lèvres inconnues

Qui vous touchent de loin comme balles perdues,

Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.

 

Les amis inconnus, 1934 - in Poètes d'Aujourd'hui, et Le Forçat innocent - Gallimard.

 

Nocturne en plein jour

 

Quand dorment les soleils sous nos humbles manteaux

Dans l’univers obscur qui forme notre corps,

Les nerfs qui voient en nous ce que nos yeux ignorent

Nous précèdent au fond de notre chair plus lente,

Ils peuplent nos lointains de leurs herbes luisantes

Arrachant à la chair de tremblantes aurores.

 

C’est le monde où l’espace est fait de notre sang.

Des oiseaux teints de rouge et toujours renaissants

Ont du mal à voler près du coeur qui les mène

Et ne peuvent s’en éloigner qu’en périssant

Car c’est en nous que sont les plus cruelles plaines

Où l’on périt de soif près de fausses fontaines.

 

Et nous allons ainsi, parmi les autres hommes,

Les uns parlant parfois à l’oreille des autres.

 

Quand dorment

 

Quand dorment les soleils sous nos humbles manteaux
Dans l'univers obscur qui forme notre corps,
Les nerfs qui voient en nous ce que nos yeux ignorent
Nous précèdent au fond de notre chair plus lente,
Ils peuplent nos lointains de leurs herbes luisantes
Arrachant à la chair de tremblantes aurores.


C'est le monde où l'espace est fait de notre sang.
Des oiseaux teints de rouge et toujours renaissants
Ont du mal à voler près du cœur qui les mène
Et ne peuvent s'en éloigner qu'en périssant
Car c'est en nous que sont les plus cruelles plaines
Où l'on périt de soif près de fausses Fontaines.


Et nous allons ainsi, parmi les autres hommes,
Les uns parlant parfois à l'oreille des autres.


Extrait de La fable du monde, édition Gallimard

 

Figures


Je bats comme des cartes
Malgré moi des visages,
Et, tous, ils me sont chers.
Parfois l'un tombe à terre
Et j'ai beau le chercher
La carte a disparu.
Je n'en sais rien de plus.
C'était un beau visage
Pourtant, que j'aimais bien.
Je bats les autres cartes.
L'inquiet de ma chambre,
Je veux dire mon coeur,
Continue à brûler
Mais non pour cette carte
Q'une autre a remplacée :
C'est nouveau visage,
Le jeu reste complet
Mais toujours mutilé.
C'est tout ce que je sais,
Nul n'en sait d'avantage.

 

Hommage à la vie


C’est beau d’avoir élu
Domicile vivant
Et de loger le temps
Dans un coeur continu,
Et d’avoir vu ses mains
Se poser sur le monde
Comme sur une pomme
Dans un petit jardin,
D’avoir aimé la terre,
La lune et le soleil,
Comme des familiers
Qui n’ont pas leurs pareils,
Et d’avoir confié
Le monde à sa mémoire
Comme un clair cavalier
A sa monture noire,
D’avoir donné visage
À ces mots : femme, enfants,
Et servi de rivage
À d’errants continents,
Et d’avoir atteint l’âme
À petits coups de rame
Pour ne l’effaroucher
D’une brusque approchée.
C’est beau d’avoir connu
L’ombre sous le feuillage
Et d’avoir senti l’âge
Ramper sur le corps nu,
Accompagné la peine
Du sang noir dans nos veines
Et doré son silence
De l’étoile Patience,
Et d’avoir tous ces mots
Qui bougent dans la tête,
De choisir les moins beaux
Pour leur faire un peu fête,
D’avoir senti la vie
Hâtive et mal aimée,
De l’avoir enfermée
Dans cette poésie.

 

La goutte de pluie


Je cherche une goutte de pluie
Qui vient de tomber dans la mer.
Dans sa rapide verticale
Elle luisait plus que les autres
Car seule entre les autres gouttes
Elle eut la force de comprendre
Que, très douce dans l’eau salée,
Elle allait se perdre à jamais.
Alors je cherche dans la mer
Et sur les vagues, alertées,
Je cherche pour faire plaisir
À ce fragile souvenir
Dont je suis seul dépositaire.
Mais j’ai beau faire, il est des choses
Où Dieu même ne peut plus rien
Malgré sa bonne volonté
Et l’assistance sans paroles
Du ciel, des vagues et de l’air.

 

Plein ciel


J’avais un cheval
Dans un champ de ciel
Et je m’enfonçais
Dans le jour ardent.
Rien ne m’arrêtait
J’allais sans savoir,
C’était un navire
Plutôt qu’un cheval,
C’était un désir
Plutôt qu’un navire,
C’était un cheval
Comme on n’en voit pas,
Tête de coursier,
Robe de délire,
Un vent qui hennit
En se répandant.
Je montais toujours
Et faisais des signes :
« Suivez mon chemin,
Vous pouvez venir,
Mes meilleurs amis,
La route est sereine,
Le ciel est ouvert.
Mais qui parle ainsi ?
Je me perds de vue
Dans cette altitude,
Me distinguez-vous,
Je suis celui qui
Parlait tout à l’heure,
Suis-je encor celui
Qui parle à présent,
Vous-mêmes, amis,
Êtes-vous les mêmes ?
L’un efface l’autre
Et change en montant. »

 

Chaque âge a sa maison

 

Chaque âge a sa maison, je ne sais où je suis,

Moi qui n'ai pour plafond que mes propres soucis.

Ce parquet m'est connu, je marche sur moi-même,

Et ces murs c'est ma peau à distance certaine.

L'air s'incline sur moi, son front n'est pas d'ici,

II m'arrive d'un moi qui mourut à la peine.

(Oublieuse mémoire)

 

La mer.

 

C'est tout ce que nous aurions voulu faire et n'avons pas fait,

Ce qui a voulu prendre la parole et n'a pas trouvé les mots qu'il fallait,

Tout ce qui nous a quittés sans rien nous dire de son secret,

Ce que nous pouvons toucher et même creuser par le fer sans jamais l'atteindre,

Ce qui est devenu vagues et encore vagues parce qu'il se cherche sans se trouver,

Ce qui est devenu écume pour ne pas mourir tout à fait,

Ce qui est devenu sillage de quelques secondes par goût fondamental de l'éternel,

Ce qui avance dans les profondeurs et ne montera jamais à la surface,

Ce qui avance à la surface et redoute les profondeurs,

Tout cela et bien plus encore,

La mer.

(Oublieuse mémoire)

 

Quand le sombre et le trouble…


Quand le sombre et le trouble et tous les chiens de l'âme

Se bousculent au bout de nos longs corridors,

Quand le dis-qui-tu-es et le te-tairas-tu

S'insultent à travers des volets sans rainures,

Un homme grand, barbu et plusieurs fois lui-même

Les fait taire un à un d'un revers de la main

Et je reste interdit sur des jambes faussées

Comme si j'étais lui sans espoir de retour.

Allons, te tairas-tu, cruelle malfaçon,

Faite de chair, de cris, de poils et de rancune.

Debout sur le plus bas degré des nuits sans lune

Je veux voir affleurer ma sereine saison.

(La fable du monde)

 

Allons, mettez-vous là…

 

Allons, mettez-vous là au milieu de mon poème,

Que je m'approche à loisir, loin des regards indiscrets,

Entre des mots qui vous observent, bien qu'ils vous devinent à peine,

Et d'autres mots qui vous éclairent sans parvenir à vous toucher.

 

Vous y trouverez un air, un ciel plus cléments que l'autre,

Dans un grand imprévu d'arbres ignorés par les saisons,

Une attentive floraison comme aux premiers jours du monde,

Quand il n'y avait encor rien et que soudain tout devint nôtre.

 

Une légère carriole traversant ma poésie,

Avec un cheval qui jamais ne souleva de poussière

Parce qu'il sait avancer franchement, sans toucher terre

Nous fera voir aussi bien la clairière ou l'éclaircie.

 

Nous ferons un grand bûcher des angoisses de la terre

Pour le vouer à la mort qui s'éloignera de nous,

Et remonterons sans remords les plus secrètes rivières

Où se reflètent les coeurs qui ne tremblent plus que d'amour.

(La fable du monde)

 

Quelqu’un

 

A pas subtils quelqu'un vient s'établir chez moi,

II n'a pas de visage ni corps ni mains ni doigts

Mais il a beau être fluide il vient prendre possession

Et il plante là sa tente comme s'il avait un corps.

II s'installe sans aucun droit de propriété

Ne faisant même pas attention à moi

II fait comme chez lui et il me faut rester coi.

Le voilà qui s'empare de ma gorge et d'un genou

Me regardant dans les yeux pour savoir ce que j'en pense

Puis se détourne de moi. Tout est affaire de silence.

Vous vous y ferez, les mots c'est encore de la révolte

Quand celle-ci est dominée vous n'avez plus besoin de l'escorte

Du vocabulaire rampant

Et cependant

Le ciel est là qui cherche ses montagnes,

Et les monts cherchent la vallée,

La vallée près d'être en allée

Se ranime dans la campagne

Et devient à son tour montagne.

Le ciel cherche d'autres vallées.

(Le corps tragique)

 


 

haut de la page

 

Bibliographie

 

Œuvres complètes Bibliothèque de la Pléiade, aux éditions Gallimard, Paris, 1996

Débarcadères, Paris, Gallimard, 1922 et 1956, suivi de Gravitations, 1925

Le Forçat innocent, Paris, Gallimard, 1930, suivi des Amis inconnus, 1934.

La Fable du monde, Paris, Gallimard, 1938, suivi d'Oublieuse mémoire, 1949.

L'Enfant de la haute mer, Paris, Gallimard, 1931.

L'Homme de la pampa, Paris, Gallimard, 1923 et 1951.

Le Voleur d'enfants, Paris, Gallimard, 1926.

 

 

supervielle

 

 

Site sur Supervielle

 

haut de la page

 

Date de mise à jour : 17/01/2015